Maman, j’ai rencontré quelqu’un…

Publié le par Obiezian

La trentaine célibataire, je faisais le désespoir de mes amis, qui commençaient à regarder d’un mauvais œil l’intérêt que je portais à leurs « chère et tendre », celui de ma mère, qui se demandait si elle aurait un jour des petits enfants, et celui de mes collègues de bureau, agacés par mes lamentations (jamais je ne trouverai de femme, je suis nul etc…) ou mes allusions aussi légères que douteuses, dès qu’une personne du sexe opposé a le malheur de s’approcher de moi, de me tourner le dos, ou de se baisser dans un rayon de 80 mètres…

 

Ils ont tout essayé, les rencontres arrangées, copines prêtes à se sacrifier pour me faire enfin reprendre goût au sexe faible, gentilles filles embobinées par de pervers amis prêts à tout pour se débarrasser de moi, ou encore, femmes délaissées, vénales, se jetant sur une proie fragilisée par des décennies de célibat…

Ils ont aussi essayé de m’inscrire dans les petites annonces, sur des sites de rencontre, j’ai même eu droit à mon heure de gloire dans « La gazette méridionale de la chasse à la gallinette cendrée » où à grand renfort de photoshop, j’avais perdu dix kilos, gagné dix centimètres de hauteur et 5 de tour de bras, et dont l’article vantait mes talents culinaires et ma sensibilité.

 

Peine perdue, rien n’y fit, et je décidai de cesser toutes ces idioties pour me concentrer sur ma solitude assumée.

 

Mais voilà, depuis, ma vie a changé, j’ai rencontré quelqu’un… Elle est belle, douce, gentille, attentionnée et… Punk…

Punk et douce ne font pas bon ménage me direz vous, eh ben détrompez vous, vous la verriez décapsuler sensuellement une bouteille d’un litre de bière avec les dents, ou se passer délicatement la main sur sa crête mauve, de toute beauté…

Forcément, il a fallu changer un peu mon comportement… Mon nounours a reçu un collier clouté, il s’est fait raser la tête et porte un mini perfecto sur lequel il est marqué « Never mind the Bollocks… », j’ai fait une croix sur mes jolis pantalons de velours marron, sur mes belles chemises de bûcheron, il m’a fallu abandonner ma raie au milieu, au profit d’un très seyant « spike bleu nuit », le plus douloureux, fut quand même le triple piercing au nombril-arcade-oreille, pour faire passer la chaîne de vélo qu’elle m’a offerte pour mon anniversaire…

 

Mais croyez moi, j’ai changé je suis heureux… J’ai une vie sexuelle épanouie (quand je ne suis pas trop bourré...), je rencontre des gens qui me ressemblent (enfin, qui comme moi, ne ressemblent plus à grand chose), j’écoute de la musique, je bois(oui mais un tout petit peu, enfin, un seul verre à la fois...), de temps en temps une petite baston pour se maintenir en forme…

 

Tout va bien, enfin tout allait bien, jusqu’à ce matin…

Mon nounours a retrouvé son poil d’origine, des costumes ont refait leur apparition dans mes placards, le gel bleu « ultra hard hair cut » a disparu des étagères de la salle de bain.

Devant mon bol de café, soudain est apparue une jeune femme, menue, souriante, vétue d’un petit déshabillé de coton, légèrement maquillée, juste pour faire ressortir ses yeux… Ma Punkette avait changé, partie, évanouie…

« What the fuck is it ? » Ai-je lâché, accompagné d’un rot retentissant…

« Je suis enceinte… »

Soudain, ma chaîne de vélo est tombée, mes cheveux ont perdu leur couleur « Javel WC triple action », mes piercings se sont détachés, je n’ai plus eu envie de bière, ni de whisky, ni de tout autre alcool d’ailleurs…

Je me suis levé, je l’ai serrée contre moi… « tout ira bien » lui ai-je susurré…

« Mais que vont dire les autres ? » sanglota-t-elle…

« Never Mind the Bollocks », on les emmerde…

 

Publié dans Vrac...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article