Humeur, Humeurs...

Publié le par Obiezian

Humeurs du jour

 Petit historique du mot Humeur :

 Les Humeurs était un terme employé par la médecine médiévale pour définir les liquides qui parcourent le corps humain (sang, eau, lymphe, cervoise chaude…), mais aussi pour énoncer les liquides plus « hypothétiques » telle l’atrabile – substance noire sensée être la cause de la mélancolie…

 Plus couramment, l’humeur est tout simplement l’état affectif ou émotionnel d’une personne.

 Donc je vais aujourd’hui, parler de mes humeurs.

 Pour ce qui est de l’état émotionnel, tout va bien ! Il fait beau, les oiseaux chantent, les jupes raccourcissent, les visages s’éclairent, donc le printemps pointant le bout de son nez me remplit d’une joie et d’une sérénité reposantes.

 Pour ce qui est des humeurs au sens médiéval, mon sang bouillonne, agité par toutes les raisons citées au-dessus, et l’autre liquide qui irrigue mon corps (la vodka) a une sérieuse propension à me délier la langue et me liquéfier le cerveau, chronologiquement parlant….

Donc hier soir, ma langue était déliée, mais mes doigts un peu tremblants, je n’ai pas pu vous faire partager l’euphorie qui régnait en mes lieux. Et ce matin, liquéfaction du cerveau oblige, ce que je dis doit vous sembler au mieux brumeux, au pire incomprenable !!! (eh ben le mot existe dans MON dictionnaire...)

 L’humeur et les humeurs, c’est en fait un peu comme l’amour et les amours… Changeant de genre pour le second, changeant de sens pour le premier, remercions tous ces lettrés, qui ont su, de par leurs subtiles applications du grec et du latin anciens, enrichir notre langue de ses subtilités.

Le mot amour est masculin, tout comme l'est le désespoir …

Les amours sont féminines, et nous en sommes les bonnes poires…

 L’inspiration étant au poète ce que la crème fraîche est à la sauce béchamel, je vais me replonger dans les vapeurs insouciantes de mon breuvage préféré, pour puiser quelques idées pour mes prochaines humeurs du jour…

 N’oublions pas qu’un amour, ce délice chanté sur un orgue, devient aussi sûrement (dès qu’elles sont plus d’un) des amours perduEs, délices désanchantéEs, pleurant sur les bellEs orgues de mon âme.

 Bien à vous…

Obiezian

Publié dans Humeur du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article