TGV PARIS STRASBOURG

Publié le par Obiezian

Ou Quand Billy (Gates) rencontre Mowgli (Kipling)

  Tout commença ce jour de mai, où mon patron me convoqua dans son bureau. Haut lieu des remontées de bretelles, des désignations hasardeuses, des promotions hypothétiques (tu étais près de la photocopieuse, félicitations, tu te rapproches de la machine à café : haute promotion socio-professionnelle…) et des décisions arbitraires : tu parles russe, tu parles anglais ? Parfait ! Tu recevras la délégation coréenne (arf et re arf…). Bref, convoqué à grand coup de hurlement à travers les couloirs, je me rendis suspicieux vers le bureau du chef de service, sous les yeux compatissants et soulagés de mes collègues. Le verdict ne se fit pas attendre :

- Tu es volontaire pour un stage en Alsace. La sentence tomba comme un couperet. L’Alsace : grande région de traditions, entre sa choucroute, son très bon Riestling, ses villages à l’ancienne avec ses maisons à colombage, la proximité de l’Allemagne… bon pourquoi pas…
- D’accord et pour combien de temps ? Deux, trois jours ?
- Non, tu pars tout le mois de juin… - Euh, c’est pas le mois de la coupe d’Europe de football, ça ? hein ? hein ? - Si mais ça ne te concerne pas, de toute façon tu n’aimes pas le foot, n’est ce pas ?
- Euh…
- De toute façon, tu es « volontaire »
- Re euh…
- Et pis c’est comme ça.
- Merci bien, et bonne journée monsieur le tout puissant chef de secteur au service du divin omnipotent (formule de politesse nécessaire et Ô combien recommandée dans nos couloirs…)

Nanti de cette mission divine, drapé dans ma qualité de volontaire (ici, nous disons « VDO » Volontaire Désigné d’Office, l’équivalent contemporain des Malgré-nous de la Guerre, les violences, la souffrance et l’infamie en moins), je décide de faire mauvaise fortune bon cœur, et je pars préparer ce stage si bien venu…

Après être passé par le service « déplacement » et avoir demandé la deuxième voiture de notre entreprise (une Clio break, la première voiture étant la Safrane V6 du patron…) je me vois répondre que celle-ci sera en révision en juin (euh un mois pour la révision d’une Clio, ils la démontent la poncent et la repeignent, c’est ça ?) je décide de faire seul les démarches et le soir même, je me rends sur le site de la SNCF pour réserver mes billets de train.
Facile, avec le TGV, la capitale alsacienne est à peine à plus de deux heures de l’Autre Capitale, donc no problemo..

D’abord, je suis accueilli par un magnifique écran violet-mauve, rempli de publicités vantant les « paniers fraicheurs » jusqu’aux grands jeux à la mode (le grand jeu Cyclotrain et le concours « iDNight »), bercé par la musique de gare accompagnant les annonces : « Tatadam tadam : à l’attention des voyageurs du TER 4521354879 à destination de Trifouillis les Olivettes, départ prévu quai 9 à 11h45, le train partira à 12h30, le quai de départ sera communiqué 20 minutes avant le départ… »

Direction « Voyager » et là magnifique menue déroulant regroupant tous les sigles des trains de la société nationale des chemins de fer : TGV, TER, TEOZ, LUNEA, THALYS, LYRIA TEOLIS, on croirait relire l’Odyssée d’Homère (d’alors…). Rubrique TGV, il suffit de taper les villes de départ et d’arrivée et les horaires.

Après la publicité d’attente ( qui ferait passer la musique d’ascenseur pour de l’art lyrique…) vous vous retrouvez sur la fameuse page des horaires. Avec toute une série d’avertissements en rouge :

Attention certains trajets de votre parcours ne sont pas ouverts à la réservation…

Attention : sur certains trains, il reste des places disponibles mais avec des critères de confort différents
.
Après le premier aller retour, ça voulait juste dire que j’allais faire l’aller en première classe et le retour en strapontin en deuxième… Vous avez ensuite le choix de votre place : fenêtre, couloir, duo, sens de la marche etc… Voilà… cela fait 132 euros… et prêt à partir.

Petites anecdotes sur mon premier aller-retour :

L’utilisation du téléphone portable est interdit pendant le trajet, sauf si vous portez avec suffisance un costume gris du plus bel effet et si vous avez un ordinateur portable posé de manière ostentatoire de façon à ce que tout le monde voit que vous travaillez sur le marché des ventes de pistaches pour le Vénézuéla dans le cadre du commerce équitable. Pathétique. Il existe une voiture bar : le sandwich y est à un prix à faire pâlir un homme politique axant sa campagne sur le pouvoir d’achat et la voiture en question se trouve toujours de l’autre côté de la rame…

Ce n’est pas un mythe : les petits vieux arrivent toujours à monter les premiers (à croire qu’ils étaient dans le wagon avant…) et ils mettent six minutes pour placer deux valises à l’emplacement pour les bagages (montre en main)

Les changements de place pour « commodité » font passer l’installation pour un jeu gigantesque des chaises musicales. Finalement, pour arranger le petit couple tout mimi, les vieux qui partent en thalasso et les rugbymen qui partent en « colloque » (sic) vous vous retrouvez sur une place bookée, et vous devez demander à tous de revoir leur copie… la musique des chaises se relance alors et vous finissez par vous retrouver, vingt minutes plus tard à … votre place de départ.

Non, les strapontins ne sont pas confortables et oui, le surbooking existe bel et bien… Un bout de banquette entre deux wagons à 60 euros, croyez moi, ça fout les boules…

Et pour finir, oui, la belle blonde célibataire ne s’assiéra JAMAIS à côté de vous, mais bel et bien près du vieux vicelard qui va lui demander tout le trajet de lui prendre sa valisette, afin qu’il puisse reluquer sous sa jupe à chaque fois…

 Les voyages font la jeunesse, mais moi, je crois que j’ai passé l’âge. Alors quitte à retrouver ma place près de la photocopieuse, la prochaine fois, je refuse le stage, non mais…

Publié dans Vrac...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

411 web app Canada USA 16/07/2010 08:22



Bravo pour ce stage!



Obiezian 16/12/2010 23:57



Merci, j'en ai fait quelques autres depuis, les comptes rendus arrivent...



Alcazar 07/05/2009 23:11

A quand le prochain texte ?? je me languis ....

Obiezian 16/12/2010 23:58



il arrive, il arrive, ce week end, je poste, promis